St3pny condamné à 8 mois de prison: il a éludé la TVA pour 76.000 euros


Au final, la condamnation de Stefano Lepri est arrivée le vendredi 19 février, un youtubeur de 26 ans connu de nombreux jeunes sous le pseudonyme de “St3pny” qui ces dernières années s’était retrouvé dans l’œil de la tempête après quelques investigations de la Guardia di Finanza. La célèbre web star, qui compte 4,28 millions d’abonnés sur sa chaîne YouTube homonyme et 2,5 millions d’abonnés sur Instagram, a été accusée de fraude à plus de 75000 euros de TVA due contre une déclaration fiscale de 344000 euros jamais présentée.

Le verdict du tribunal de Florence en est un qui ébranlera de nombreuses stars du web et du social méconnues auprès du fisc: 8 mois de prison pour évasion fiscale. St3pny a déclaré qu’il était innocent et aurait déclaré: “J’ai toujours payé mes impôts de bonne foi, sinon je serais aux Caymans dans une Ferrari“. Le jeune homme ajoutera plus tard que”s’il y a lieu d’y remédier, un paiement se fera de manière très sereine avec l’espoir que la profession de youtubeur sera bientôt réglementée«La procureure Christine Von Borries avait demandé 1 an et 4 mois d’emprisonnement, tandis que la défense avait demandé l’absolution après que, ces derniers mois, le même Lepri eut versé la somme en question au fisc.

Les enquêteurs ont vérifié le mécanisme utilisé par Stefano Lepri qui, au fil du temps, aurait stipulé des contrats publicitaires (bannières sur ses vidéos) via le transfert de droits d’auteur.; une modalité qui n’oblige pas à payer la TVA, cependant incompatible dans son cas compte tenu de la continuité professionnelle maintenue. Certes, c’est une phrase qui suscitera beaucoup de discussions sur le net, aussi parce qu’elle est le premier dans notre pays qui voit un youtuber condamné pour un tel crime. Une véritable alerte rouge pour tous ceux qui gagnent de l’argent grâce aux réseaux sociaux et utilisent des subterfuges similaires pour échapper aux impôts.

Certes, il est nécessaire de réglementer davantage le Web et les revenus associés à la publicité et au placement de produit, le secteur est en fait toujours considéré comme «émergent» après tant d’années et ils ont du mal à trouver les bonnes mesures pour les influenceurs, les youtubeurs et les personnalités du profit .