Passeport de coronavirus, refusé les discussions entre Apple, Google et l’OMS


Non, Apple et Google ne parlent pas déjà à l’OMS pour développer une technologie de “passeport vaccinal” contre le coronavirus SRAS-CoV-2: le déni, rapporté par Bloomberg, vient directement des fonctionnaires de l’UE: ces dernières heures, Ursula Von Der Leyen, actuelle présidente de la Commission européenne, avait plutôt déclaré le contraire, pour encourager les gouvernements des États membres à créer une solution logicielle propriétaire.

Une source interne à Bloomberg qui connaît en détail la position d’Apple dit que Von Der Leyen a mal compris la situation. Dans la mesure où il existe un groupe d’experts de diverses sociétés de technologie collaborent avec l’OMS, mais à titre privé, et en tout cas, ils ne font pas partie de ces employés d’Apple.

La certification numérique des vaccins est un sujet plutôt brûlant, dans ce temps; surtout du point de vue des voyages. Pour le moment, le débat politique n’a pas abouti à des conclusions très concrètes: il est convenu qu’une sorte de «passeport» est nécessaire, mais la question demeure de savoir quels privilèges il peut garantir. Il a déjà été clairement indiqué qu’il y avait une intention de le rendre obligatoire pour les voyages; mais avec la session d’aujourd’hui, qui a duré plus de cinq heures, il n’y a pas eu de progrès.

Les géants de la technologie avaient un rôle important dans la lutte contre la pandémie. C’est Apple et Google qui ont développé la technologie logicielle de la «notification d’exposition» au virus, qui est à la base d’applications comme notre Immuni