Marché automobile Italie 2021, également en février ferme en baisse: -12,3%


Le mois de février pour le marché automobile Italie 2021 ferme avec une diminution de 12,3%. Au total, il y a eu 142 998 inscriptions contre 163 124 sur la même période de 2020. La tendance négative de la nouvelle année se confirme donc. En janvier, en effet, le marché automobile italien avait chuté de 14%. Au cours des deux premiers mois de l’année, 277 145 inscriptions ont été enregistrées, soit une baisse de 13,1%.

Les données de février montrent à nouveau la situation difficile dans lequel le secteur automobile paie. Et les choses pourraient empirer dès la fin des incitations, celles de 61 à 135 g / km de CO2. On estime que le fonds pourrait s’épuiser vers la fin mars ou début avril. Sans le soutien des incitations, les inscriptions pourraient encore baisser. C’est pourquoi l’UNRAE demande au gouvernement d’intervenir pour les renouveler. Michele Crisci, Président de l’UNRAE, commente cette question:

Nous espérons que le gouvernement adoptera l’analyse sur les données décourageantes du secteur et décidera de renouveler le plus rapidement possible le système d’incitation, dont l’utilisation démontre un grand bénéfice environnemental: nos évaluations, basées sur les données de vente, indiquent que le pendant les mois d’été, 60% ont été utilisés pour l’achat de voitures «vertes» et 6 euros pour la mise au rebut de voitures obsolètes et polluantes.

Les conséquences de la éclosion de la pandémie sont la principale raison du résultat négatif de février. Cependant, l’UNRAE ajoute également la pénalité fiscale pour les voitures de société.

Le resserrement de la fiscalité dû au nouveau cycle de test WLTP pour mesurer les émissions, et le non-ajustement des valeurs de NEDC à WLTP comme cela s’est produit pour les bandes incitatives affecte un secteur, celui des voitures de société, qui dans le reste de l’Europe est en croissance et atteint des parts de 63% en Allemagne, 54% au Royaume-Uni, 53% en France, 50% en Espagne, tandis qu’en Italie, il est encore à 36% en raison de la forte fiscalité à laquelle il est soumis par rapport aux autres grandes entreprises Marchés européens.

BIEN LES HYBRIDES, LE PLUG-IN ET L’ÉLECTRIQUE

Je vais regarder de plus près les données des inscriptions en février 2021, une baisse généralisée peut être observée chez les utilisateurs à l’exception des particuliers grâce aux incitations (+ 11,4%). Leur part de marché globale s’élève à 65,3%. La location à court terme a baissé de 75,1% avec une part totale de 4%. La location longue durée (-16,7%), qui peut compter sur une représentativité de 16,1%, diminue mais de façon moins drastique.

Quant aux moteurs, les hybrides dépassent les diesels et atteindre une part de 28,8%. En effet, la baisse des immatriculations de véhicules essence et diesel se poursuit, avec une part de 32,8% et 25% respectivement en février. Croissance soutenue pour Plug-in et électrique. Les premiers atteignent 3,4% du marché (0,7% il y a un an) et les seconds 2,45% (1,5% en 2020). Le marché de l’occasion affiche une tendance en ligne avec celle du neuf, avec une baisse de 10% en février.


En regardant les données du Groupes automobiles, Stellantis a enregistré une baisse de 13,02% avec une performance inférieure à la moyenne du marché. Mauvais pour le groupe Volkswagen avec un -23,19%. De lourds résultats également pour le groupe Renault. Ralentissement moindre pour le groupe BMW. Un signe positif cependant pour le groupe Toyota, Suzuki et Volvo.

[Fonte dati: UNRAE]