L’iceberg de Gigantesto se détache de l’Antarctique: images de l’incroyable bloc de glace

  • Vente-unique Panneau textile occultant rétractable SUELA - anthracite - L300xH180 cm
    Caractéristiques voile :   Toile en Polyester gris ou anthracite Grammage de la toile : 280 g/m2 Epaisseur du cadre: 10cm Largeur du cadre: 10cm. Modulable : panneau occultant extensible de quelques cm à 3 mètres ! Détachable: en position fermée, le poteau de finition se détache. Imputrescible : imperméable, résiste au vent Dimensions : L 300 x H 180 cm Caractéristiques Structure :     Structure en aluminium Solide et design Commande manuelle par poignée Attaches murales fournies Conditionnement :     1 colis : L 184 x l 19,5 x H 10 cm   Garantie : 1 an pièces Le délai de livraison de ce produit vous sera confirmé dans votre panier.SpécificitésPolyester : fibre synthétique la plus utilisée au monde car elle présente de nombreux avantages. Le polyester est : résistant facile d'entretien (lavable à l'eau) sa tenue est impeccable et il se chiffonne peu. Aluminium : ce matériau offre robustesse et légèreté pour une excellente longévité et un minimum d'entretien. Il a également la faculté d'être très résistant face aux d'intempéries.Dimensions et colisBrise vue SUELA : Produit : Longueur 10 cm, Largeur 300 cm, Hauteur 180 cm, Poids 8 kgColis : Longueur 184 cm, Largeur 19 cm, Hauteur 10 cm, Poids 8 kg
  • Exacompta Manifold Correspondance 29,7x21cm 50 feuillets dupli autocopiants - Lot de 5
    Ce carnet s'utilise comme un bloc de correspondance, mais permet de conserver une copie de ce que l'on rédige et transmet.<br/>Les feuilles sont lignées.<br/>50 feuillets numérotés et autocopiants en 2 exemplaires (1 original + 1 copie).<br/>Le 1er feuillet est microperforé et se détache facilement, le 2ème feuillet reste dans le carnet.<br/>La qualité du papier autocopiant garantit une copie propre et rapide avec une excellente transcription de l'original.<br/>Grâce à une colle de qualité supérieure et un dos renforcé, les manifolds Exacompta sont adaptés à une utilisation intensive, au bureau comme à l'extérieur.<br/>Fabrication 100% française. - Offre exclusivement réservée aux professionnels


Un détachement de l’Antarctique icebergs massifs, 20 fois Manhattan. Il a été nommé A-74, suivant la nomenclature basée sur le quadrant antarctique dans lequel l’énorme bloc de glace est placé.

Il a été aperçu par GPS pour la première fois fin février par le British Antarctic Survey, puis confirmé par le US National Ice Center à travers les images fournies par Sentinel-1A, un satellite qui fait partie d’une petite constellation utilisée pour surveiller le changement climatique. sur Terre, qui comprend également Sentinel-6, le dernier à être mis en orbite par la NASA en octobre de l’année dernière.

L'Antarctique comme vous ne l'avez jamais vu: voici la carte pi



11 sept

Fonte des glaciers en Antarctique


Haute définition
13 mai

Le gigantesque iceberg (mais ce n’est pas le plus grand, comme nous le verrons bientôt) s’est détaché de Plateau de glace Brunt situé dans la zone antarctique appelée le pays des manteaux. Il se caractérise par la présence d’une énorme fissure – Crack d’Halloween – créé en 2016 et pas trop loin du siège de la Station de recherche Halley dans lequel BAS opère. Comparé à l’iceberg A-68 formé en 2017, l’A-74 apparaît presque petit: sa surface est en fait de 1270 kilomètres carrés, un cinquième par rapport aux 5 800 km2 du précédent (à son tour la moitié du B-15 de 2000, 11 000 km2).

Si le bloc de glace nouvellement repéré n’est pas grand en termes relatifs, c’est certainement dans un sens absolu: les catastrophes qu’il pourrait provoquer seraient énormes, mettant en danger la navigation et la santé du continent antarctique. De plus, le fait que tôt ou tard cela puisse se produire était maintenant une chose bien connue: trop de fissures découvertes ces dernières années, signe prémonitoire de ce qui s’est réellement passé. EST la faute ne serait pas entièrement imputable à l’homme, du moins cette fois: le détachement des icebergs peut aussi s’inscrire dans un processus naturel que l’activité anthropique est incapable de conditionner.


Pour le moment, l’iceberg est toujours très proche de la côte, même si ses bords commencent à s’effriter. Mais c’est précisément sa nature statique qui inquiète le plus les scientifiques, car son comportement les empêche de prédire ses prochains mouvements pour le moment.

Il ne peut être exclu qu’il puisse entrer en collision avec une autre zone de la banquise de Brunt plus au sud-ouest, ou plutôt pointer vers le nord, traîné par le courant circumpolaire antarctique (découvert pour la première fois en 1699 par l’astronome Edmond Halley, qui donne le nom à la station de recherche où travaille le BAS). Si cette seconde hypothèse devait se produire, la navigation locale pourrait être mise en danger car, avec le temps, la gigantesque plate-forme serait destinée à se détruire en milliers d’icebergs plus petits.

Ci-dessous, une vidéo tournée par le British Antarctic Survey à la fin du mois de février: