Les SSD Mac avec Apple M1 s’usent trop rapidement? Un bug provoque la fausse alarme

  • StarTech.com USB-C (10Gbps) to M.2 NVMe SSD Enclosure - Portable M.2 PCIe Aluminum Case - 1GB/s Read & Write - Mac & PC - boitier externe - M.2 Card - USB 3.1 (Gen 2)
    HAUTES PERFORMANCES : STOCKAGE M.2 NVMe : stockage USB-C pour votre SSD PCIe M.2. Ce boîtier est doté d'un port USB 3.1 Gen 2 (10 Gbit/s) avec prise en charge UASP et d'un PCIe 3.0 pour des vitesses de transfert de données en lecture/écriture allant jusqu'à 1 Go/s.DURABLE ET PORTABLE : le boîtier en aluminium protège l'unité de stockage SSD M.2 NGFF et présente des trous d'aération pour dissiper la chaleur afin d'assurer une performance uniforme à tous les niveaux. Idéal pour la sauvegarde et la restauration des données.COMPATIBILITÉ ÉTENDUE AVEC LES DISQUES : compatible avec les disques M-Key PCI Express de taille 2230/2242/2260/2280, dont les disques SSD Samsung 950/960/970, Kingston, Seagate, Western Digital (WD), HP et Intel.COMPATIBILITÉ ÉTENDUE AVEC LES HÔTES : câble USB-C inclus pour une compatibilité avec tout appareil USB Type-C (USB 3.1 Gen 2 et USB 3.0) ou Thunderbolt 3 (TB3). La prise en charge du système d'exploitation inclut Windows, Mac, Chrome, Linux et Ubuntu.INSTALLATION FACILE : le boîtier SSD externe M.2 NVME prend en charge l'installation plug-and-play sans pilote et l'installation de disque sans effort avec le petit tournevis inclus. Ce boîtier SSD M.2 NVMe compact pour SSD PCIe est une solution de stockage de hautes performances pour vos appareils compatibles USB-C ou Thunderbolt 3.<br/><br/>Performances inégalées<br/><br/>Exploitez les vitesses élevées de votre disque M.2 NVMe grâce à ce boîtier SSD externe.<br/>Ce produit offre des vitesses de lecture/écriture USB 3.1 Gen 2 jusqu''à 10 Gbit/s, soit presque deux fois plus que les boîtiers M.2 SATA traditionnels et les USB 3.1 Gen 1.<br/>Contrairement aux disques SATA, l''interface NVMe permet aux utilisateurs de profiter pleinement du débit USB 3.1 Gen 2.<br/><br/>Ce boîtier en aluminium n''utilise pas de ventilateur mais est doté de trous de ventilation pour une dissipation maximale de la chaleur, garantissant un fonctionnement silencieux à une température optimale afin de préserver les performances du disque.<br/><br/>Ultra-portable<br/><br/>Ce petit boîtier pour les SSDs PCIe NVMe a été spécialement conçu pour la mobilité, grâce à son format compact qui se glisse aisément dans votre sac d''ordinateur portable.<br/>Le boîtier en aluminium durable vous permet de protéger votre disque lorsque vous êtes en déplacement.<br/><br/>Grande compatibilité<br/><br/>Le boîtier M.2 NVMe fonctionne avec les tablettes, les ordinateurs portables, les ordinateurs de bureau et autres hôtes équipés de ports USB Type-C et Thunderbolt 3.<br/>Il est également rétrocompatible avec les ports USB 3.1 Gen 1, ce qui en fait une solution pratique pour le bureau ou autres environnements de travail.<br/><br/>De plus, le boîtier s''installe automatiquement et est donc l''accessoire idéal pour les professionnels en déplacement.<br/><br/>Le modèle M2E1BMU31C bénéficie d''une garantie StarTech.com de 2 ans et de l''assistance technique à vie gratuite. - Offre exclusivement réservée aux professionnels
  • StarTech.com Câble adaptateur USB-C vers eSATA de 1 m - USB 3.0 (5 Gbps) - USB Type-C vers disque dur ou SSD eSATA - contrôleur de stockage - SATA 6Gb/s - USB 3.0
    Accédez rapidement aux périphériques de stockage externes eSATA avec lecteur de disque dur, SSD ou ODD à partir d'un ordinateur USB-CRéalisez les tâches d'administration des disquesInstallez-le dans un laboratoire, sur un bureau ou sur le terrain Ce câble USB-C vers eSATA est un adaptateur de lecteur externe qui vous offre un accès simple et rapide à un périphérique de stockage eSATA via le port USB-C ou Thunderbolt  3 de votre ordinateur portable.<br/><br/>Connectez un lecteur optique à votre ordinateur portable<br/><br/>Même si votre ordinateur portable n'est pas équipé d'un port eSATA, le câble USB 3.0 vers eSATA vous permet de le connecter à un périphérique de stockage externe.<br/>Le câble prend en charge les connexions vers les disques durs SATA (lecteurs de disque dur) et les lecteurs SSD.<br/><br/>Le câble prend également en charge les connexions vers les lecteurs optiques (ODD), ce qui vous permet de connecter un lecteur de CD-ROM ou DVD-ROM à votre ordinateur portable.<br/><br/>Réalisez efficacement les tâches d'administration des disques<br/><br/>Le câble prend en charge les commandes et les fonctions eSATA telles que l'autosurveillance SMART.<br/>Il est également compatible avec le matériel et les logiciels d'administration des disques eSATA, comme l'utilitaire de sauvegarde.<br/><br/>Lorsqu'il est connecté à un périphérique de stockage hébergeant des lecteurs HDD ou SSD, le câble USB-C vers eSATA permet aux professionnels de l'informatique de connecter des lecteurs pour :<br/><br/>Récupérer des données<br/><br/>Réparer des disques défaillants<br/><br/>Réutiliser ou réaffecter des disques durs<br/><br/>Exécuter des diagnostics<br/><br/>Créer des images de disques<br/><br/>Sauvegarder et archiver des disques pour empêcher la perte de données<br/><br/>Transférer du contenu entre le disque et l'ordinateur portable<br/><br/>Le câble d'un mètre facilite l'installation partout où vous allez, dans un laboratoire, sur un bureau ou sur le terrain.<br/>Grâce à l'installation plug-and-play, vous pouvez vous connecter à n'importe quel système d'exploitation en toute simplicité, sans installer le moindre logiciel supplémentaire.<br/><br/>Le modèle USB3C2ESAT3 bénéficie de la garantie StarTech.com de 2 ans et de l'assistance technique à vie gratuite. - Offre exclusivement réservée aux professionnels


Au cours des dernières semaines, le nombre de rapports à ce sujet s’est multiplié l’usure excessive de la mémoire SSD équipé sur MacBook et Mac Mini équipés de SoC Apple M1. Comme nous le savons tous, les SSD ont une durée de vie limitée qui peut être plus ou moins allongée en fonction de l’utilisation faite du disque: plus le nombre de lectures et d’écritures effectuées est important, plus le disque durera court à long terme. Avant d’approfondir le problème signalé, examinons comment la durée de vie d’un SSD est estimée.

USURE DU SSD: COMMENT CALCULER LA DURÉE DE VIE D’UN DISQUE DUR

Les fabricants de SSD utilisent deux données pour estimer la durée de vie possible du disque: i TBW (Total Bytes Written), une valeur fournie par l’entreprise indiquant combien de données peuvent être écrites avant d’atteindre un niveau d’usure de 100% (à partir de laquelle il est possible que le disque tombe en panne ou provoque des erreurs critiques), et le DWPD (Daily Writes Per Day), une indication générique qui prend en compte les années de garantie offertes par le fabricant et vous permet de savoir combien de données peuvent être écrites chaque jour pour que la limite TBW puisse être atteinte à la fin de la garantie.

Le site de Kingston, par exemple, nous offre un exemple concret pour mieux comprendre comment interpréter et à quoi s’attendre de ces acronymes, en utilisant un lecteur de 1,8 To comme cas d’analyse. Ce SSD devrait avoir un TBW de 1 432 To, donc 1 432 To de données doivent être écrites avant que l’usure du disque n’atteigne 100%. A partir de ces données il est possible de calculer le DWPD sachant que le constructeur applique une garantie de 5 ans sur l’appareil (on parle du DC400, mais ce n’est pas pertinent dans ce cas), puisque la formule utilisée est la suivante: TWB dans la tuberculose * 1000/365 jours * nombre d’années * Capacité du SSD en Go. Dans ce cas, il est de 1432 * 1000/365 * 5 * 1800, ce qui équivaut à 0,47, donc 47% (774 Go) du total. Cela signifie que pour porter l’usure à 100% il faut écrire 774 Go de données par jour pendant 5 ans.

Les données ne prennent pas en compte des facteurs tels quesurapprovisionnement, c’est-à-dire l’inclusion d’une quantité de mémoire supplémentaire qui – entre autres avantages – permet de prolonger encore la durée de vie du SSD, car elle augmente le nombre de cellules pouvant être utilisées pour le stockage des données et ralentit donc la réalisation de 100% de usure.

Meilleurs SSD SATA et PCIe à acheter en février 2021: le top 5 choisi par HDblog


Espace de rangement
01 avr

LE CAS DU MAC AVEC M1

Selon les rapports de diverses sources, les Mac équipés de SoC Apple M1 semblent avoir un niveau d’usure de la mémoire SSD incroyablement rapide. Les pires cas parlent de la consommation de 3% de TBW en seulement 2 mois d’utilisation (Variante de 2 To avec 16 Go de mémoire unifiée), tandis que d’autres utilisateurs rapportent avoir déjà atteint 10 à 13% de TBW dans les quelques mois d’utilisation depuis le lancement. La lecture de l’état d’usure a été réalisée à l’aide de Outil de surveillance intelligent, un outil qui utilise le Terminal pour analyser les données SMART du SSD présent dans le système.

MacOS, en effet, n’intègre pas d’outils de diagnostic permettant d’accéder à ces informations, c’est pourquoi il est nécessaire de recourir à des solutions tierces afin d’obtenir des données utiles pour estimer la durée de vie résiduelle de votre disque. Les cas signalés semblent signaler un scénario très critique: le pire des cas détectés indique qu’un disque de 256 Go pourrait atteindre 100% TBW en seulement 2 ans, du moins selon les données issues des lectures. Mais quelle est leur fiabilité?


CAUSES POSSIBLES

La raison pour laquelle ces mesures complètement anormales émergent peut résider dans plusieurs facteurs. Le premier suspect était le nouveau SoC M1 et l’architecture mémoire utilisée par Apple sur ses ordinateurs. Au centre du problème pourrait être l’utilisation excessive de la mémoire SSD pour le swap, ce qui pourrait conduire à la réalisation de TBW bien avant ce qui devrait se passer. Mais ce n’est pas le seul scénario envisagé; en effet, il semble que ce soit le moins plausible. Le problème pourrait être uniquement un logiciel.

Le cas, en fait, pourrait aussi avoir une origine beaucoup moins inquiétante et une solution plus simple, car il existe une possibilité concrète que la mauvaise lecture est causée par un bogue macOS Big Sur, le manque de fiabilité des outils de surveillance utilisés, ou une combinaison de ces deux facteurs. Pour soutenir cela, nous pensons aux mêmes tweets publiés par le développeur Hector Martin, l’un des premiers à signaler le cas, qui a collecté plusieurs rapports similaires également d’utilisateurs avec des Mac équipés de processeurs Intel.

Les analyses et rapports examinés par Martin lui-même suggèrent en effet que le problème n’est pas directement lié au SoC M1, comme à un bug du système d’exploitation qui semble toucher tous les Mac avec Big Sur. Les lectures obtenues à partir des outils tiers utilisés sont donc déformé et peu fiable.

Ils pensent à ajouter davantage de crédit à ce scénario deux détails venant du site AppleInsider, qui ont pris des lectures de données SMART de leurs Mac basés sur M1, obtenant résultats peu fiables également dans d’autres aspects, tels que les heures d’utilisation. Celles-ci, en fait, étaient considérablement inférieures aux vraies (seulement 300 heures pour les Mac allumés presque 24 heures par jour à partir du moment du lancement). Le deuxième détail intéressant concerne un déclaration publiée par une source à l’intérieur d’Apple (à ne pas considérer comme une déclaration officielle) qui a confirmé que Les données SMART détectées par des outils externes sont incorrectes.

QUE PEUT FAIRE APPLE?

Tellement de bruit pour rien alors? Eh bien, cette affaire servira certainement à Apple pour accorder plus d’attention à l’intégration de systèmes de diagnostic efficaces, car le message qui circule ces derniers jours n’est pas des plus rassurants. Les lectures obtenues à partir d’applications tierces, en fait, sont le seul outil à la disposition de l’utilisateur pour obtenir des informations sur la santé de la mémoire SSD, c’est pourquoi il est normal que des résultats similaires provoquent un certain niveau de préoccupation, d’autant plus que nous parlons – dans la plupart des cas – de machines nées suite à un changement radical d’architecture, il est donc raisonnable de s’attendre à des bogues potentiels et à des problèmes critiques non prévus à l’origine.

Cela dit, il est également vrai qu’Apple travaille avec ces architectures depuis plus d’une décennie maintenant (et, en particulier, depuis l’iPhone 6s, il a radicalement changé l’approche de la mémoire de ses appareils ARM, ce qui les rend toujours plus proche des solutions que l’on trouve aujourd’hui sur les nouveaux Mac avec M1), il a donc acquis une expérience différente dans ce domaine et il est légitime que le scénario dérivant d’une plus grande utilisation de la mémoire pour le swap ait déjà été pris en considération.

On attend toujours ce cas conduire Apple à améliorer les outils de diagnostic macOS et l’intégration d’un outil clair et transparent qui offre des indications comparables à celles actuellement fournies sur l’usure des piles: même dans ce cas portail pour remuer les eaux.

VIDÉO