Google Fuchsia pourra-t-il exécuter des programmes pour Android et Linux?

  • Samsung LL Front SAMSUNG WW70T303MBW/EF
    Efficacité rime avec simplicité grâce au Lave-Linge Frontal SAMSUNG WW70T303MBW/EF, une machine à laver performante et autonome. Une machine pour les plus pressés Gagnez un maximum de temps avec le Lave-Linge Frontal SAMSUNG WW70T303MBW/EF. Pourvu d'un programme de lavage express ultra rapide, il pourra réaliser des cycles pour une quantité de linge allant jusqu'à 2 kg en seulement 18 minutes. Il s'agit d'un programme idéal pour le linge peu sale. Vous apprécierez également le programme laine qui protègera les fibres délicates. Sur le plan de la capacité, le Lave-Linge Frontal SAMSUNG WW70T303MBW/EF sera aussi au rendez-vous. Grâce à son tambour 49 litres, cette machine à laver affiche une capacité standard de 7 kg, une capacité idéale pour les petites familles. Pensé pour vous faire gagner de la place, ce lave-linge est pourvu d'une profondeur réduite. Une machine confortable Équipé d'un large écran LED, le Lave-Linge Frontal SAMSUNG WW70T303MBW/EF sera facile à programmer. Vous pourrez notamment lancer votre programme quand vous le voudrez grâce à la fonction arrêt différé sur 24 heures. Peu importe votre planning, vous aurez la possibilité d'adapter vos lavages pour optimiser votre temps. Le panneau de commandes, quant à lui, se compose de touches sensitives agréables au toucher. Vous pourrez aussi profiter de plusieurs options avec le Lave-Linge Frontal SAMSUNG WW70T303MBW/EF. En effet, cette machine à laver compte une option prélavage pour vous aider à aller au coe


Google prévoit de le faire Fuchsia peut exécuter des applications Linux et Android sans avoir besoin de les modifier, et sans recourir à des machines virtuelles. L’idée est d’implémenter un “traducteur”, appelé Starnix, capable de rendre compréhensibles les instructions envoyées par les applications au noyau du système d’exploitation.

Cela permettrait à Fuchsia d’être immédiatement compétitif en ce qui concerne l’app park, ce qui est aujourd’hui essentiel pour la survie de tout écosystème. Les implications de Starnix sont très profondes, étant donné qu’un tel système garantirait une compatibilité complète et totale avec les deux écosystèmes, à n’importe quel niveau de code et sans exception.

UNE ALTERNATIVE AUX VM

Le machines virtuelles ils sont un moyen plus populaire d’exécuter des programmes compilés pour différents systèmes d’exploitation, mais ils présentent certaines limitations. Pour commencer, le partage de fichiers entre le système d’exploitation de la VM et le système d’exploitation natif de l’appareil peut être compliqué et moins «transparent» qu’on ne le souhaiterait; et les performances des logiciels virtualisés sont souvent nettement inférieures à celles des logiciels natifs. Fuchsia prône également une sécurité maximale entre les programmes, les rendant ainsi isolés les uns des autres; cela impliquerait d’exécuter plusieurs machines virtuelles, une par programme, ce qui entraînerait une baisse supplémentaire des performances. Il faut s’attendre à ce que même un interpréteur comme Starnix puisse causer un peu de goulot d’étranglement, mais probablement moins important que les machines virtuelles classiques.

UN DÉVELOPPEMENT PLURIANNUEL

Fuchsia est un projet de système d’exploitation entièrement développé par Google, par opposition à Android qui est basé sur Linux. Ses origines remontent à quelques années, et il a toujours intrigué les fans surtout pour certaines de ses ambitions – par exemple la possibilité d’être utilisé sur tout type d’appareil, des gadgets IoT aux smartphones en passant par les PC et les centres de données. Jusqu’à présent, le développement a été plutôt lent: le projet a toujours été open-source, mais ce n’est que récemment que Google a commencé à s’ouvrir davantage au public, en organisant un bug tracker, une liste de maling et une feuille de route qui peuvent être consultés librement.